L'histoire des vélos Clément

Histoire de la marque Clément: la saga d'une marque emblématique, créée en 1877 par une serrurier parisien de génie...

 

        C'est en s'inspirant du succès de Michaux, qu'Adolphe Clément (1855-1928) fonde en 1877 son propre atelier de fabrication à Lyon, cycles Clément SA. Il ouvre ensuite en 1878 un grand atelier à Paris (rue Brunel dans le 17ème arrondissement). Sous le nom de Clément et Cie, son entreprise devient le plus important constructeur de cycles en France en 1886. Produites en grande quantité, les bicyclettes sont désormais fabriquées de manière industrielle et mécanisée. En 1894, création de la Société des vélocipèdes Clément. La première usine fut construite à Tulle (Corrèze) : elle est alors équipée en partie d'un outillage fonctionnant au moyen de la force hydraulique en pensant déjà à la prochaine usine dont la construction se fera à Levallois-Perret entre la Seine et le vélodrome de la Seine, l'année suivante.

La marque de cycles CLEMENT-DUNLOP équipera des cyclistes de 1894 à 1914. Elle participa avec une équipe dans le Tour de France en 1914 avec : Borgarello (It), Santia (It), Auriaux (Tours), Dejoie (Pantin).

En 1896, il s'associe avec Gladiator et Humber pour devenir Clément-Gladiator.

 

1b velo clement photo

                                                                                  1c clementfev1892ok 

La fabrique du vélo.

       Les ateliers Cléments et Compagnie, manufacture française de vélocipèdes, occupent deux étages de l'établissement situé à Paris. Dans de vastes salles rectangulaires très profondes, aux planchers, murs et piliers de bois, de nombreux ouvriers travaillent. Le centre de l'espace supérieur étant ouvert sur la salle des machines (à poulies reliées au plafond, et à manivelles) située en bas, c'est sur les côtés que les hommes s'affairent aux tables de montage. En dessous, les allées sont destinées à la carrosserie (on voit des ouvriers user de marteaux) tandis que le centre de la pièce est rempli par les postes mécanisés qui s'étendent à perte de vue dans la profondeur et dont le nombre semble, de ce fait, infini.

De l'atelier à la manufacture.

         En 1869, les ateliers de la Compagnie Parisienne produisent par jour entre 100 et 200 vélocipèdes du type 1869.  Ce n'est plus de l'artisanat, aussi les infographistes de l'époque insistent davantage sur la puissance industrielle du lieu. Le vélo n'est d'ailleurs pas mis en évidence (sauf indirectement par les roues des machines) ou « individualisé », la représentation s'attachant plus à témoigner de l'activité (des hommes et des machines) liée à la nouvelle économie du cycle. Une activité qui semble devoir toujours se développer, comme le souligne l'artiste dans son usage de la perspective. Plus anonyme, la bicyclette devient un objet de grande consommation et sa production apparaît des plus modernes.

D'après Alexandre SUMPF,  http://www.histoire-image.org/

 

2b ateliers clement 2c clement1890logo2ok 2b clement1890logook 2d 174 15 ok
2e 1895 clement 02ok 2g pub clementok 2d clementmodele1891ok 3a publicite clement
3b clement pub 1 3d bicyclette clementok 3d clement pub 3 3c clement pub 2
3i bs117ok 3e clement1890-1ok 3f clement1890-2ok 3j cycles clement2ok
3l cycles clement2ok 3m pubok 3k cycles clementok 4a 198 27 ok