SOLEX 1952

La société SOLEX a été créée vers 1905 par M. Maurice Goudard et Marcel Mennesson, tous deux Centraliens... Retrouvez l'histoire d'une marque historique!

 Naissance d'une légende

Création d'une nouvelle société : Maurice GOUDARD et Marcel MENNESSON, tous deux Centraliens, sont les créateurs de la société Solex. Cette société a été créée vers 1905 pour fabriquer des radiateurs centrifuges, puis des carburateurs.

C'est en 1916 que Marcel MENNESSON fait une demande de brevet pour un moteur auxiliaire à loger au centre de la roue arrière, ce brevet lui sera accordé le 31 décembre 1917. Un second brevet déposé le 31 décembre 1918 et délivré le 26 mai 1919 concernera un deux-roues complet prévoyant : un cadre composé d'un tube unique de large section allant de la selle à la colonne de direction en passant par le repose pied, ainsi qu'une suspension avant par fourche pendulaire. Ces brevets ne seront jamais suivis d'une mise en production.

La naissance d'un mythe: ce n'est qu'en 1940 que Marcel MENNESSON fait réaliser un prototype de moteur de 38 cm3 de cylindrée. Les caractéristiques sont celles du vrai Solex, avec entre autres, une transmission par galet; le cylindre est décalé par rapport à l'axe de la roue;  l'essence, pompée en sus, est renvoyée dans le réservoir. En décembre 1940, ce moteur est installé sur un vélo d'homme Alcyon à grandes roues de 700, couleur noir à filets or, c'est donc le premier modèle de VéloSolex.

 solex 2 20130223 1713588652

Lorsque le 7 juillet 1943, parait dans le journal officiel un décret du 5 juin officialisant une nouvelle catégorie de deux-roues motorisés "les bicyclettes à moteur de secours d'une cylindrée au plus égale à 50 cm3", c'est la porte ouverte à la production en série. Chez Solex, le modèle est arrêté en 1942 et, dans un premier temps, il sera produit près de 700 modèles de présérie, jusqu'en 1946 ; ils seront confiés au personnel afin d'opérer les améliorations qui aboutiront à la version définitive du printemps 1946.

 

Modèle présérie de Solex, 1942   solex 3 20130223 1116974828

 

La commercialisation: c'est donc en avril 1946 que seront vendus les premiers VéloSolex. Ils sont produits à Courbevoie à la cadence de 15 machines par jour et ils coûtent 13 600 Fr pièce.

En 1947 débutent les modifications du VéloSolex et le pétrolier British Petroleum crée la Solexine, un mélange pré-dosé essence/huile, qui réduit le calaminage. Ce carburant est vendu dans les stations-service Solex en bidon métallique de 2 litres.

En 1948, la production atteint les 25000 unités, et le prix est de 19 418 Fr. En 1949, la production passe à 36000 unités, on estime d'ailleurs que l'on vendait plus de 100 Solex par jour ouvrable. Le modèle de 1951, voit son prix augmenter et passer à 32 500 Fr.

Chez Solex, c'est Gaston Chapelle qui s'occupe de tout le service après vente; il a mis sur pied un réseau de près de 250 stations-service VéloSolex en 1951, et de 1 000 en 1962 sur toute la France et dans un grand nombre de pays de l'union française.

La dernière bicyclette à moteur :                                 solex 1 20130223 1131729901

Dessin du modèle de 1952

On atteint 100 000 exemplaires en 1953, et ce Solex est d'ailleurs le dernier représentant des bicyclettes à moteur de secours. Le succès est incontestable: les machines sont fournies par 50 aux concessionnaires, qui les payaient comptant. Ceci était possible puisque les commandes étaient passées trois mois à l'avance. De plus, on rapporte que se déroulait une sorte de marché noir qui permettait d'obtenir une machine dans des délais plus courts. Cette année là, la demande est telle, que la production est répartie sur 3 usines.

solex 4 20130223 1095777976

L'usine de l'angle du boulevard Verdun et du boulevard de la Paix à Courbevoie

 

Le Solex de « La pédale d’antan », n° moteur 202 757:

En 1951, c'est l'apparition d'un nouveau modèle dont voici les principales caractéristiques qui diffèrent du modèle précédent :

  • un levier d'embrayage/relevage est vissé à la culasse et retenu par un crochet accroché à la potence du guidon,
  • un capot en tôle masque la pompe à essence,
  • une béquille centrale permet de le maintenir debout sans aide,
  • retour du filet pare-jupe entre la fourche arrière et le garde-boue ; ce dispositif était présent sur le modèle de présérie de 1942 mais avait été abandonné lors de la fabrication,
  • les roues passent à 600 ce qui réduit la taille globale de 8 cm,
  • les freins sont dotés pour le réglage de larges molettes crantées que l'on peut actionner à la main,
  • les jantes changent en passant de flancs arrondis type chapeau de gendarme à des flancs plats

Année

Modèle

Caractéristiques

Numéro de moteur

1946

Mai 1946

45 cc. , roues de 650

1 000

1947

Janvier 1947

4 200

1948

Janvier 1948

12 975

1949

Janvier 1949

38 980

1950

Janvier 1950

76 670

1951

Janvier 1951

117 020

1951

Juin 1951

45 cc., roues de 600

140 096

1952

Janvier 1952

179 400

1953

Janvier 1953

254 685

1953

Octobre 1953

49 cc., modèle 330

325 206

1954

Janvier 1954

352 320

1955

Janvier 1955

513 720

1955

Septembre 1955

Cadre avec repose pieds, modèle 660

653 389

1956

Janvier 1956

709 950

 

Fiche du 45 cm3

 

Dates de production: Mai 1946 à Décembre 1953

Numéro moteur:

                           - roue de 650 : 1000 à 140 095

                           - roue de 600 : 140 096 à 325 205

Caractéristiques du moteur:

moteur 45 cm3
- alésage x course = 38 x 40 mm
- 0,4 CV à 2000 t/min
- galet Æ 50 mm
- piston à déflecteur culasse à trois tours
- réservoir contenance 1 litre

Partie cycle

- 1946 : fourche avant vélo
- roues de 650 à jantes chapeau de gendarme
- pneus 650 1/2 ballon
- selle trois ressorts
- cadre soudé
- boîte à outils sur le porte-bagages, sous la selle
- embrayage moteur par levier à cliquet sous le volant magnétique
- débrayage par la cloche du filtre à air
- tube d'échappement en arc de cercle.

Evolution du produit

- printemps 1947 : partie arrière du cadre démontable, pot d'échappement «droit»
- printemps 1948 : boîte à outils à l'arrière du porte-bagages puis fourche avant emboutie démontable.
- été 1949 : jantes plates à flancs plats.
- automne 1950 : capot moteur devant la pompe à essence - levier de basculage/relevage du moteur avec crochet sur la potence du guidon - béquille - protège-jupe.
- début 1951 : freins réglables par molette - fixation du garde-boue avant par goulottes en tôle emboutie.
- juin 1951 (à compter du n° 140 096) : roues de 600.

Poids: 25/26 kg

Vitesse: 28 km/h

Prix:

novembre 1947 : 19 418 F
1948 : 28 300 F
janvier 1951 : 32 500 F
mai 1952 : 36 610 F

 

 alt              alt

         Solex 1952 non rénové                                  Solex 1952 rénové